Thibaut de Champagne

Edition: Wallensköld, A.  Les chansons de Thibaut de Champagne, roi de Navarre. SATF.
Paris: E. Champignon, 1925.

Brahney, K.  The Lyrics of Thibaut de Champagne. New York: Garland, 1989.

Suivent les chansons R273, R324=R329, R360, R407, R529, R711=1067, R741=R991, R1410,
R1440, R1479, R1811, R1880, R2026, R2075.


R273: fol. 3vo - 4ro
Portées vides
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Dieus est ausinc con est li pellicans
    Qui fait son nit ou plus haut arbre sus,
    Et li mauvés oisiaus, qui vient de jus,
    Ses oiseillons ocist: tant est puans;
    Li peres vient destrois et engoissous,
    Du bec s'ocist, de son sanc dolerous
    Vivre refait tantost ses oiseillons.
    Dieus fist autel, quant sus sa passion
    De son dous sanc racheta ses enfans
    Du Diable, qui moult estoit poissans.

  2. Li guerredons en est mauvés et lens,
    Qui bien ne droit ne pitié n'en n'a nus,
    Ains est orguieus et baraz au desus,
    Felonnie, traïsons et bobans.
    Moult par est ore nostre estas perillous;
    Et ce ne fust li essamples de ceus
    Qui tant ainment et noises et tençons
    - Se est des clers qui ont laissié sermon
    Pour guerroier et pour tuer les gens -,
    Ja més en Dieu ne fust nus hon creant.

  3. Nostre ciez fet touz nous menbres doloir,
    Pour ce* est bien drois qu'a Dieu nous en plaingnons; [+1]
    Et grant coupes ramaint seur les barons,
    Qui il poise quant aucuns veust voloir;
    Et entendre* gent en font moult a blasmer [+1]
    Quant tant sevent et mentir et guiler.
    Le mal en font deseur aus revenir;
    Et qui mal quiert, mal ne li doit faillir.
    Qui petit mal pourchace a son povoir,
    Li grans ne doit en son cuer remanoir.

  4. Bien devron mes en l'estoire veoir
    La bataille qui fu des deus dragons,
    Si con on trueve un livre des Bretons,
    Dont il covint les chastiaus jus cheoir:
    C'est cil siecles, que il covient verser,
    Se Dieus ne fet la bataille finer.
    Le sans Mellin en covient fors issir
    Pour delivrer qui estoit a venir.
    Mes Antecriz vient, se povez savoir,
    A maçues qu'Ennemis fet movoir.

  5. Savez qui sont li vil oisel puant
    Qui tuent Dieu et ses enfançonnez?
    Li papelart, dont li mons n'est pas nez.
    Ains sont puant, ort et vil et mauvais;
    Il ocïent tote la simple gent
    Pour leur faus moz, qui sont li Dieu enfant.
    Papelart font le siecle chanceler;
    Et par saint Pierre, mal les fet encontrer:
    Il ont / fol. 4ro / tolue joie et soulaz et paiz.   image du manuscrit
    Cil porteront en enfer les gries fais.

  6. Or nous doint Dieus lui servir et amer
    Et la dame, c'on ne doit oublïer,
    Qui nous veille garder a touz jours mais
    Des puz oisiaus, qui si ont bes mauvais.

Retour ą l'index


R324=R329: fol. 1vo - 2ro
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Fueille ne flours ne vaut riens en chantant
    Fors par defaute, sanz plus, de rinoier
    Et pour faire soulas vilaine gent
    Qui les aman/ fol. 2ro / font sovent esmaier.    image du manuscrit
    Je ne chant pas pour eus esbenoier,
    Fors pour mon cuer faire .i. peu plus sachant,
    C'uns malades en gesist bien sovent
    Par .i. confort, quant il ne puet mengier.

  2. Qui voit venir son anemi corant
    Pour traire a li grant saietes d'acier
    Bien se devroit guarentir en fuiant
    Et trestourner, s'il povoit, de l'acier;
    Et quant Amours vindrent a moi lancier,
    Mainflour* fui, c'est merveille trop grant,
    Ainssi reçui le cop entre la gent
    Con se fusse touz seus en .i. vergier.

  3. Je sai de voir que ma dame a amant
    Et ainme bien: c'est pour moi courrocier.
    Et je l'aim plus que nulle rien vivant,
    Si me doint Dieus son gent cors enbracier.
    Que c'est la riens que plus aroie chier,
    Et se j'en sui parjurs a escïant,
    On me devroit escorchier tot avant
    Et puis pendre plus haut que .i. clochier.

  4. Se je li di: « Dame, je vous aim tant »,
    Ele dira je vous* la engingnier,
    Qu'en moi n'a pas ne sans ne hardement
    Que je vers lui m'osasse desrainier.
    Li cuers me faut qui me deüst aidier,
    Ne parole d'autrui n'i vaut neant.
    Conseilliez moi, que ferai je, amant?
    Li quieus vaut mielz: ou parler ou laissier?

  5. Je ne di pas que nus aint folement,
    Que li plus faus en fet mielz a proisier,
    Et grans eürs i a mestier sovent
    Plus que n'a sans ne raison ne plaidiers.
    De bien amer ne puet nus empirier,
    Fors que li cuers, qui done le talent.
    Qui bien ainme, de fin cuer, leaument,
    Sil en set plus et mains s'en set aidier.

Retour ą l'index


R360: fol. 5vo - 6ro
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1.   Li roucignous chante tant
          Qu'il chiet mors del arbre jus;
          Si bel mort ne vit nus, [-1]
          Si dous ne si plaisant. [-1]
    Autreci muir en chantant a haus criz,
    Et si ne puis de ma dame estre oïz,
    N'ele de moi pitié avoir ne daigne.

  2.      Cele dit qu'ele [.....] tant
          C'onques si fort n'ama nus.
          Ce fet les amans confus,
          Que trop mentent li truant.
    Mes dame doit quenoistre a leur faus diz
    Que de touz biens soit leur faus cuers partirz,
    Si n'est pas droiz que pitié leur en preingne.

  3.      J'en tenrai Dieu a garant
          Et touz les sains de laissus
          Que plus de moi n'ainme nus
          Si en veil amendement
    Ne ja de vous ne soie mais oïz,
    Ains me tolez vos debonaires diz
    Et me chaciez con beste de monteigne.

  4.      Onques fierté n'ot si grant
          Vers Ponpee Julaius
          Que ma dame n'en ait plus
          Vers moi, qui muir desirrans.
    Devant lui est touz jours mon espoir
    Et nuit et jour / fol. 6ro / li cri mil fois merci,   image du manuscrit
    Baisans ses piez, que de moi li souveingne.

  5.      Je ne cuit pas que serpens
          N'autre beste poigne plus
          Que fet Amours au desus.
          Trop par sont si cop pesant,
    Plus trait sovent que Turs ne Arrabiz,
    N'onques ancor Salemons ne Daviz
    Ne s'i tindrent, ne c'uns faus d'Alemeigne.

  6. Mains grans assaus m'avra Amours basti.
    Chançon, va t'en, et non pas a enviz,
    Et salue nostre gent de Chanpeigne.

Retour ą l'index


R407: fol. 2vo- 3ro
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. De bone amour vient seance et biautez,
    Et de ces .ii. vient bone amour autreci.
    Li .iii. sont .i., que je bien i ai pensé;
    Ja a nul jour n'em seront departi.
    Par .i. conseil c'ont ensanble establi
    Li coreour, qui devant sont alé:
    De mon cuer ont fet leur chemin ferré;
    Ja a nul jour n'en seront departi.

  2. Li coreour sont la nuit en clarté
    Et le jour sont pour la gent ocurci:
    Li dous regars plaisans et savouré,
    La grant biauté et le sans que g'i vi;
    N'est merveilles se je m'en esbahi.
    De li a Dieus le siecle enluminé,
    Car qui avroit le plus biau jour d'esté,
    Verz lui seroit ocur en plain midi.

  3. En amour a prouesse et hardement:
    Li dui sont troi et du tiers sont li dui,
    Et bone amour sont a ceus apendans,
    Ou amours a et reget et refuit.
    Pour c'est Amaours li ospitaus d'autrui,
    Que nus n'i faut selonc son avenant.
    Et j'ai failli, dame, qui valez tant,
    A vostre ostel, si ne sai ou je sui.

  4. Or n'i a plus fors qu'a lui me conmant,
    Que touz bien fez ai laissiez pour celui:
    Ma v bele vie ou ma mort i atant,
    Ne sai que c'est, mes quant devant lui fui.
    Ne me firent [...] si oil point d'annui,
    Ains me vindrent ferir de maintenant
    Par mi le cors d'un amoureus sanblant;
    Encor i est li cos que g'i reçui.

  5. Li cos fu granz, il ne fet qu'enpirier,
    Ne nus myres ne le pourroit saner,
    Se celle / fol. 3ro / non qui le dart fist lancier.   image du manuscrit 
    Se de sa main m'i daignoit adeser,
    Tost en pourroit le cop mortel oster
    O tout le fust, dont j'ai grant desirrer.
    Mes la pointe de fer n'en puet sachier,
    Qu'ele brisa dedens au cop doner.

Retour ą l'index


R529: fol. 7ro - vo
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. L 'autrier, par la matinee,
    Entre .i. bois et .i. vergier,
    Une pastore ai trovee
    Chantant pour soi envoisier,
    Et disoit en son prumier:
    «Si me tient li maus d'amours.»
    Tantost cele part m'en cours,
    Que je l'oï, del ramier;
    Si li dis, sans delaier:
    «Bele, Dieus vous doint bon jour!»

  2. Mon salut sanz demoree [initiale en minuscule]
    Me rendi et sanz targier.
    Moult ert fresche et colouree,
    Si mi plot a acointier:
    «Bele, vostre amour vous quier,
    S'avroiz de moi riche acort.»
    Elle respont: «Tricheour
    Sont mes trop sil chevalier;
    Mielz ain Perrin, mon bergier,
    Que riche home gengleour.»

  3. «Bele, se ne dites mie;
    Chevalier sont trop vaillant.
    Qui set dont avoir amie
    Ne servir a son talent
    Fors chevalier et tel gent?
    Mes l'amour d'un bergeron
    Certes ne vaut .i. boton;
    Partez en vous a itant ,
    Et m'amez; je vous creant:
    De moi avroiz riche don

  4. S«ire, par sainte Marie,
    Vous en parlez pour neant.
    Mainte dame ont or trichie
    Sil chevalier soudeant.
    Trop sont faus et mal pensant,
    Pis valent que Guanelons.
    Je m'en revois en maison;
    Car Perrins, qui m'i atant,
    M'ainme de cuer leaument.
    Abaissiez vostre raison!»

  5. J'entendi bien la bergiere,
    Qui me / fol. 7vo / voloit eschaper.   image du manuscrit
    Moult li fis longue priere,
    Mes n'i poi riens conquester.
    Lors la pris a acoler,
    Et elle gete .i. haut crit:
    «Perrinet, traÿ, traÿ!»
    Du bois pregnent [..] huper.
    Je la lais sanz demourer,
    Seur mon cheval m'en parti.

  6. Quant elle m'en vit aler,
    Elle [.....] par ranponer:
    «Chevalier sont trop hardi!»

Retour ą l'index


R711=1067, fol. 1ro - v o
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Tant ai amours servies longuement
    Que des or mais ne m'en doit nus reprandre
    Se je m'en part. Or a Dieu les conmant,
    C'on ne doit pas touz jours folie enprandre;
    Et sil est fos qui ne s'i set deffendre,
    Ne n'i connoist son mal ne son tourment.
    On me tendroit des or mes pour enfant,
    Que chascuns tans doit sa saison atendre.

  2. Je ne sui si con cil autre gent
    Qui ont amé, puis n'i veulent entendre
    Et dient mal, par vilain maltalent.
    Mais nus ne doit seignour service rendre,
    Encontre lui mesdire ne mesprandre;
    Et s'il s'en part, parte s'en bonement.
    Endroit de moi veil je que tout amant
    Aient gent, quant je plus n'i puis prandre.

  3. Amours m'a fet grant bien juques ici,
    Qu'ele m'a fet amer ici, sanz vilonie,
    La plus tres bele et la meillour aussi,
    Au mien cuidier, qui onques fust choisie.
    Amours la veust et ma dame m'en prie,
    [Quant delivré m'a de sa seignourie,]* [vers 4 de la str. IV]
    Ne je n'en part, et je moult l'en mercie.
    Quant par le gré ma dame me chasti,
    Meillour raison ne quier a ma partie.

  4. Autre chose ne m'a Amors meri
    De tant con j'ai esté en sa baillie,
    Mais bien m'a Dieus par sa pitié gari,
    [....................................................]
    Quant eschapez li sui sanz perdre mais* ["vie" ajouté en interligne par une main moderne - Fauchet?]
    Onc de mes ielz si belle eure ne vi,
    S'en cuit je faire ancor maint geu parti
    Et maint sonet et mainte renverdie.

  5. Au conmencier se doit on bien garder
    D'entreprandre chose desmesuree,
    Mais bone amour ne laist home / fol. 1vo/ apenser     image du manuscrit
    Ne bien choisir ou meite sa pensee.
    Plus tost [.....] en estrange contree,
    Ou il ne pot ne venir ne aler,
    C'on ne fet ce c'on puet touz jours trover;
    Ainsi est bien la folie esprovee.

  6. Or me gart Dieus et de mort et d'amer
    Fors de cele que on doit aourer,
    Ou l'en ne puet faillir a grant soudee.

Retour ą l'index


R741=R991: fol. 1vo
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Tuit mi desir et tuit mi grief tourment
    Mainnent de la ou tuit sont mi pensé.
    Grant merveille ai que trestoute la gent
    Qui ont veü son cors gent honoré
    Sont envers lui de bone volenté.
    Et Dieus l'ainme, je sai a essïant;
    Grant merveille est quant Dieus en suefre tant.

  2. Touz esbahiz m'en vois esmerveillent,
    Ou Dieus trouva si tres grande biauté;
    Quant il la mist sa jus entre la gent,
    Moult nous en fist grant debonaireté.
    Trestout le mont en a enluminé,
    Et tuit li bien sont en lui si tres grant;
    Nus ne la voit ne nous en die autant.

  3. Bone aventure aveinne a fol espoir,
    Qui les amans fet vivre et resjoïr.
    Desperance fet languir et doloir,
    Et mes faus cuers m'i fait cuidier garir;
    S'il fust sages, il se laissast morir.
    Pour ce est il bon de folie avoir
    En trop grans sans puet il bien mescheoir.

  4. Qui la voudroit a droit ramentevoir
    Ja n'avroit mal, ne l'esteüst garir.
    Car elle fait trestouz ceus mielz valoir
    Qui ele veust doucement recoillir.
    Hé! las, tant fu si grief li departirs.
    Amours, merci! Faites li a savoir:
    Cuers qui n'ainme ne puet grant joie avoir.

  5. Souveigne vous, dame, du dous acueil
    Qui ja fu fez par si grant desirrer,
    C'onques n'orent tant de povoir mi oil
    Que droit vers vous les osasse lancier.
    Ne ma boche ne vous osa prïer,
    Ne poi dire, dame, ce que je veil;
    Tant fui couars dolanz, c'ancor m'en dueil.

  6. Dame, se je vous puis mais desrainnier
    Je parlerai trop mielz que je ne seil
    S'amours me laist qui trop me mainne orgueil.

Retour ą l'index


R1410: fol. 4vo - 5ro
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Mauvais arbres ne puet flourir,
    Ains seque touz et vait crollant;
    Et hom qui l'aime [..............]
    Ne porte fruit, ains va morant.
    Flors et fruit [........................]
    [.............................................]
    [.......................] a tant de valor
    Que nus nel porroit esligier,
    Que de touz maus puet alegier. / fol. 5ro /    image du manuscrit
    Fruit et Nature l'apel on:
    Or vous ai devisé son non.

  2. De ce fruit ne puet nus esmes*,
    Se Dieus ne le fet proprement.
    Qui a Dieu amer et servir
    Done cuer et cors et talent,
    Cil quieust du fruit prumierement
    Et Dieus l'en fet riche secours.
    Par le fruit fu li prumiers plours,
    Quant Eve fist Adan pechier;
    Mais qui de son fruit veust mengier,
    Dieu aint et sa Mere et so son non:
    Si quieudra du fruit de saison.

  3. Seignour, del arbre dit vous ai
    De Nature, de qu'amours vient;
    Du fruit meür conté vous ai
    Que cil cueillent qui a Dieu se tienent;
    Et du fruit vert me resovient
    Qui en ja en moi ne meürra:
    C'est li fruiz en que Adans pecha. [+1]
    De tel fruit est plains mes vregiers:
    De que ma dame vit prumiers,
    Ai de s'amour plain cuer et cors
    Ne ja nul jour ne s'en istra fors.

  4. Bien croi du fruit ne gosterai
    Que je cueilli, ainçois m'avient
    Si con a l'enfant, bien le sai,
    Qui [.................................]
    [...] entour l'arbre va et vient
    Ne ja amont ne montera;
    Ainssi mes cuers foloiant va.
    Tant par est grant mes desirriers,
    Que je en tien mes grans maus chiers;
    Si sui esfraez, con li ors,
    Vers li qui est touz mes secours.

  5. Douce, se je povoie cueillir
    Du fruit meür de vous amer,
    Si con vous avez fet sentir
    L'amour d'aval et conparer,
    Lors me pourroie saouler
    Et venir a repentement.
    Par vostre dous conmandement
    Me daigniez amer la meillour:
    C'est la precïeuse flor
    Par cui vous venistzies ça jus,
    Dont li Deables est confus.

  6. Mere Dieu, pour vostre douçour,
    Du bon fruit donez savour,
    Que de l'autre ai je senti plus
    C'onques encore sentist nus.

Retour ą l'index


R1440: fol. 2ro-vo
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Je me cuidoie partir
    D'amours, mes riens ne mi vaut.
    Li douz maus d'amer m'ocist,
    Qui nuit et jour mi faut,
    Le jour m'i fet maint asaut,
    Et la nuit n'i puis dormir,
    Ains plain et plour et soupir.
    Biaus douz Dieus, la desir!
    Mes croi c'a lui n'en chaut! / fol. 2vo /   image du manuscrit

  2. Nus ne doit Amours traïr,
    Se n'est garçons ou ribaus.
    Se ce n'est par son plaisir,
    Je n'i voi ne bas ne haut;
    Ains veil qu'ele mi deinst baut
    Sanz guiler ne sanz faillir.
    Mais se je puis consievir
    Le serf qui tant set fuir,
    Nus n'a joie verz Thiebaut.

  3. Li cers est aventureus
    Et si est blans conme nois,
    Et si a les crins endeus
    Plus sors c'uns ors espaingnois.
    Li sers est en un defois
    A l'entree et si esgardez
    De leus moult perilleus:
    Ce sont felon envieus
    Qui trop grievent au courtois.

  4. Onques chevaliers engoisseus
    Qui a perdu son harnois,
    Ne vielle que art li fuz,
    Qui enble feves et pois,
    Ne chacerez qui prant sois,
    N'escuiers lussirieus,
    N'est en moi dolereus;
    Et si ne sui pas de ceus
    Qui aiment deseur leur pois.

  5. Dame, une riens vous demant:
    Cuidiez vous que soit pechiez
    D'ocirre son fin amant?
    Oïl voir, bien le sachiez!
    Si vous plaist, si l'ociez,
    Que je le veil et creant;
    Et se mielz l'amez vivant,
    Je le vous di en oiant,
    Que j'en seroie moult liez.

Retour ą l'index


R1479: fol. 4ro - vo
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Tout autresi con l'ente fet venir
    Li arosers de l'yaue qui chiet jus,
    Fait bone amour naistre et croistre et flourir
    Li remenbres par coustume et par us.
    D'amour loial n'ert ja nus au desus,
    Ains le covient au desouz maintenir.
          Pour ce est ma douce dolour
          Plainne de si grant peour,
          Dame, si fais grant vigour
          De chanter quant de cuer plour.

  2. Pleüst a Dieu, pour ma dolour garir,
    [...........] Tisbé, que je sui Piramus.
    Mes je voi bien se ne puet avenir:
    Ainsi morrai, que je ne vivrai plus.
    Ahi! bele, con sui pour vous confus!
    Que d'un carrel me venistes ferir,
          Espris, ardant fui d'amours,
          Quant vous vi le prumier jour.
          Li ars ne fu pas d'aubourt,
          Qui si trait par grant douçour.

  3. Dame, se je servisse Deu autant
    Et priasse de vrai cuer et d'antier
    Con je fais vous, je sai certainnement
    Qu'en Paradis n'eüs autre loier.
    Mes je ne puis ne servir ne proier
    Nelui fors vous, a cui mes cuers s'atent,
          Se ne puis apercevoir
          Que ja joie en doie avoir,
          Ne je ne vous puis veoir
          Fors d'oil clos et de cuer noir.

  4. Li prophetes dit voir, qui pas ne ment,
    Car en la foi faudront li droiturier
    Et la fins est venue voirement,
    Que cruautez vaint merci et prïer;
    Ne services n'i puet avoir mestier,
    Ne bone amour n'atendre longuement.
          Ains a plus orguielz povoir
          Et bobans que dous voloirs,
          N'encontre Amour n'a savoir.
          C'atendroie sanz espoir.

  5. Aigles [s'en vont]* n'i puis merci trover. [sans vous]
    Bien sai et voi c'a touz biens ai failli,
    Se vous ainsi me volez achiever,
    Que vous de moi n'eussiez quelque merci.
    Ja n'avriez mais nul si loial ami
    Ne ne porroiz a nul jour recovrer.
          Et je morrai ma vie,
          Amours sera mais pis
          Loing de vostre biau cler vis,
          Ou naist la flours et li lis. / fol. 4vo /   image du manuscrit

  6.      Aigles, j'a touz jours apris
          A estre leaus amis,
          Si me vaudroit mielz .i. ris
          De vous qu'estre en Paradis.

Retour ą l'index


R1811: fol. 4vo
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Empereres ne rois n'ont [...] povoir
    Envers Amours, ice vous veil je prover:
    Il puent bien doner de leur avoir,
    Terres et fies, et mesfaiz pardoner,
    Et Amours puet hom de mort garder
            Et done joie qui dure,
            Plaine Plainne de bone aventure.

  2. Amours fet .i. home mieus valoir,
    Que nus, fors il nes porroit amender;
    Les grans desirs dame du grant voloir,
    Tieus que nus hom ne pet contrepenser.
    Seur totes riens doit on Amours amer;
             En lui ne faut fors mesure
            Et ce qu'ele m'est trop dure. 

  3. S'Amours vousist guerredoner autant
    Con elle puet, moult [...] set* nons a droit,
    Mes elle ne veust, dont j'ai le cuer dolant,
    Car elle me tient sanz guerredon destroit;
    Et je sui cil, quieus que la fin en soit,
            Qui a lui servir s'otroie.
            Empris l'ai, n'en requerroie.

  4. Dame, avra ja merci bien qui merci atent?
    Vous savez bien de moi, au parestroit
    Que vostres sui; ne puet estre autrement.
    Je ne sai pas se ce mal me feroit.
    Se tant d'essais faites petit d'esplois,
             Que ce je dire l'osoie,
            Trop me demeure la joie.

  5. Je ne cuit pas qu'il onques fust nus hom
    C'Amours tenist en point si perilleus.
    Tant m'i destraint que j'en per ma raison;
    Et bien sai et voi que ce n'est mie ainz.
    Quant me monstroit ses sanblans amoreus,
            Bien cuidai avoir amie,
            Mes encor ne l'ai je mie.

  6.          Dame, ma mort et ma vie
             Est en vous, que que je die.
             Raoul, cil qui sert et prie
             Avoit bien mestier d'aïe.

Retour ą l'index


R1880: fol. 3ro
Mélodie
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Coustume est bien quant on tient .i. prison,
    C'on ne le veust oïr ne escouter,
    Ne nulle riens ne fet tant cuer felon
    Con grant pooir, qui mal en veust user.
    Pour ce, dame, m'estuet de vous douter,
    Que je ne veil parler de reançon
    Vostre ostages s'en bele guise non.
    Aprés tdout ce, n'en puis je eschaper.

  2. D'une chose ai au cuer grant soupeçon,
    Et c'est la riens que plus me fet douter:
    Que tant de gent li vont ci environ.
    Je sai de voir que c'est pour moi grever;
    Adés dient: «Dame, on vous veust guiler,
    Ja par amours n'anmera riches hon».
    Mes il mentent, li losengier felon,
    Que qui plus a, mielz doit amours garder.

  3. Vous savez [....] c'on ne quenoist en lui
    Ce c'on conost en autre plainnement.
    Mes grant folie onques je ne connui,
    Tant ai amé de fin cuer leaument.
    Mes une riens mi fet alegement:
    Qu'en esperance ai .i. po de refuint.
    Li oiseillons se vait ferir ou gluz,
    Quent il ne puet trover autre garant.

  4. Soivient m'avient, quant je pens bien a lui,
    C'a mes dolours une dolour me vient
    Si grant au cuer que trestouz m'en oublie,
    Et m'est avis qu'entre ses braz me teinne;
    Et apres ce, quant li sans me revient
    Et je voi bien c'a tout ce ai je failli,
    Lors me courroce et lesdenge et maudi;
    Car je sai bien que il ne l'en sovient.

  5. Se ma dame ne veust amer nelui,
    Moi ne autrui: .v. cent merci l'en rent,
    Qu'assez i a d'autres que je ne sui
    Qui la prïent de faus cuer baudement.
    Esbaudisse fet gaaingnier sovent,
    Mais ne sai riens, quant je devant lui sui;
    Tant ai de mal et de painne et d'annui,
    Quant me covient dire: «A Dieu vous comant.»

  6. Dame du tout et dure de merci,
    Se mi traveil ne sont par vous meri,
    Trop viverai mal, s'a vivre me covient.

Retour ą l'index


R2026: fol. 5ro - vo
Portées vides
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. Qui set pour coi Amours a non amours,
    Qui ne grieve fors les siens seulement?
    Qui le saura s'en die son talent,
    Que je ne sai, se Dieus me doint secours.
    Amours sanble diable qui chastie
    Et grieve plus cil qui en lui se fie;
    Plus* et poisse m'ent*; se j'aie ja merci, [+1]
    Plus que pour moi .c. mile tans pour li,
    Que la puet on recorder felonnie.

  2. Je sui touz siens et s'en sent les dolours,
    Et me poise de son mal / fol. 5vo / durement,   image du manuscrit
    Car en son bien truis mon avancement,
    Car de s'oneur vient grant biens a pluseurs;
    Et cil sert bien son seignour qui chastie,
    A qui poise, quant il fet vilenie.
    Mes Amours n'a cure de nul chasti,
    Car on l'a tent et voï et
    Que ne li chaut de ri ens que on li die.

  3. Amours m'a fet tante foiz courrocier
    Que mon courrous n'a mais point de povoir,
    Ains sui touz siens, quant plus m'en despoir.
    Ausi con cil qui delez le foier
    Gist malades et ne se puet desfendre,
    Ains sa gent par mi a fendre,
    Ainsi di je ce pour moi desenfler.
    I fet grant bien, quant en ose parler;
    Mieus en puet on les sans d'amours entendre.

  4. Se je m'en dueil, ne fet a merveillier,
    Que Dieus l'a fet pour gent faire doloir.
    La ou Amours le m'amena veoir
    Ne je adés en un dous atachier
    Qu'ele me fist de sa blanche main tendre,
    Quant [...] la main me print au salu rendre.
    Mielz ain la main, dont ne me volt adeser,
    Que l'autre cors ou se me fet penser,
    Car du confort set elle assez rendre.

  5. Qui ses annuiz i savroit bien haïr,
    Se il voloit, plus que nus autre hon,
    Mes n'est pour ce leautez ne raison,
    Qui bien ainme, qui s'en doie partir;
    Ains doit amer chascuns sa renonmee;
    Et se amours estoit bien apensee,
    Elle denroit au fins amis leaus
    Povoir et secours pour sosfrir trop grans maus;
    Ainsi seroit servie et honoree.

  6. Dame, merci! La mieus enbalsamie
    Qui nuit et jour voi .c. foiz d'un estal,
    Me fait parler de vous si a ceval
    Qu'il m'est avis que merci ai trovee.

Retour ą l'index


R2075: fol. 1ro
Mélodie? [perte d'(au moins) un feuillet]
[Thibaut de Champagne]

image du manuscrit

  1. [..................................] espoir.

  2. De la chartre a la cel Amours
    Et si i a mis .iii. portiers:
    Biau sanblans a non li prumiers,
    Et biautez cent en fet seignours;
    Dangiers est mist a l'uis devant,
    .i. ort felon vilain puant,
    Qui moult est fel pautonniers.
    Atraians et vistes et hardiz:
    Moult tost ont .i. home saisi.

  3. Qui porroit soufrir les tristours
    Ne les assaus de ses huissiers?
    Onques Rollanz ne Olliviers
    Ne soufrirent si fort estour;
    Il vainquirent en conbatant,
    Mais ses vaint en humiliant.
    Soufrirs en est confannonniers;
    En cest estour dont je vous di
    N'a nul secours fors de merci.

  4. Dame, je ne dout mais riens plus,
    Fors tant ne faille a vous amer.
    Tant ai empris a endurer
    Que je sui vostres tout par us;
    Et se il vous en poise bien,
    Ne m'en puis je partir pour rien
    Que n'aie le remenbrer
    Et que mes cuers ne soit adés
    En sa prison et de moi pres.

  5. Dame, quant je ne sai guiller,
    Merci seroit de saison mes
    De soustenir si greveus fes.

Retour ą l'index


  haut de page