Vidame de Chartres
Edition: H. Petersen Dyggve dans Neuphilologische Mitteilungen XLV (1944): 
161-85 et XLVI (1945): 21-55.


R2086: fol. 6ro
Mélodie
[Vidame de Chartes]

image du manuscrit

  1. Q uant la saisons du [....] tans s'asegure,
    Que biaus estez se raferme et esclaire,
    Que tote riens a sa droite nature
    Vient et retrait, se trop n'est de mal aire,
    Lors chanterai, que plus ne m'en puis taire,
    Pour conforter ma cruel aventure,
    Qui m'est tournee a grant desconfiture.

  2. J'aim et desir ce que de moi n'a cure;
    [.....................................................]
    [.....................................................]
    Et aus autres la voi si debonnaire.
    Dieus! por coi l'aim, quant je ne li puis plaire?
    Si ai je dit folie et mesproisure,
    Qu'en bien amer ne doit avoir mesure.

  3. A ma dolour n'a mestier covreture: [*initiale en minuscule]
    Si sui sorpris que je ne sai que faire.
    Mar acointai si tres bele figure,
    Pour tel dolour et pour tel mal a faire,
    Qui ce me fet que nus ne puet desfaire,
    Fors ses fins cuers dont vers moi est si dure
    Qu'a la mort sui se sa guerre mi dure.

  4. Amours, amours, je muir et sanz droiture!
    Certes, ma mort vous devroit moult desplaire,
    Car en vous ai mise toute ma cure
    Et mi penser, dont j'ai plus de c. paire.
    S'or vous pooit mes biaus servises plaire,
    Lors en seroit ma joie bien seüre,
    On dit pieça que par tout a mesure.

  5. Que crieus fet ses cuers, s'il li otroie
    Moi a haïr, que trop l'en voi certeinne,
    Que tout cest mont ne li demanderoie
    Fors que s'amour, qui a la mort me mainne.
    C'ele m'ocist, trop fera que vilainne,
    Et s'ainsi est que pour li morir doie,
    Ce est la mort dont mielz morir voudroie.


Retour l'index