Anonyme
Edition: Zeitschrift f r Romanische Philologie X (1886): 464.


R879: fol. 8ro - vo
Mélodie
[anonyme]

image du manuscrit

  1. Je n'ai loisir d'assez penser,
    Et si ne fais se penser non;
    Car tant mi plaist a esgarder
    Le cors, le vins et la façon
    De cele qui m'a en sa* prison, [+1]
         Que se je pensoie,
         Tant que je voudroie,
              Nuit et jour:
         Le quart de dolor,
         Que la ne diroie.

  2. Ele a gent cors et vis cler,
    Bouche bien faite et le menton;
    Le cuer dedens ne sai esmer;
    Mais se pitié n'i a foison,
    Tant mar la vi pour moi grever.
         Car moi et ma vie
         Tient en sa baillie
              Et* la meillour [+]
         Qui soit, de s'amour
         Ai plus grant envie.

  3. Douce dame ne vous ennuit
    Se je vous aim, je n'en puis mais; aim je n'en en marge
    Se fet amour qui, nuit et jour,
    M'asaut et ne me laist en pais:
    De vous amer a mon cuer dit;
         Dame debonnaire
         Tant me poez plaire,
              C'onques puis
         Que [...] vous vi* [-2]
         Je* ne m'en poi retraire. [+1]

  4. Et me fet estre en despoir
    Que je ne puis .i. biau sanblant
    De la sade brunete avoir:
    Dire li veil assez sovent,
    Mais je n'ai pas tant de pooir
         Qu'a li me dement.
         Quant la voi presente,
              Mon pourpens
         Par tout et mon sens:
         Si fort m'espovente!

  5. Chançon, a ma dame t'envoi;
    Di li bien que je sui touz siens;
    Assez trueve plus biau de moi,
    Mes de plus fin ne sai je riens,
    Que je l'aim tant en bone foi;
         Bien veil / fol. 8vo / qu'ele* m'esprueve; [+1]       image du manuscrit
         Et s'ele ne* me me trueve [+1]
               Sanz amer
         S'ele veust amer,
         De moi ne se mueve.


Retour l'index