Huges de Bregi

Edition: Karl Engelcke, "Die Lieder des Hugues de Bregi" dans 
Archiv fr das Studium der neueren Sprachen und Literaturen
LXXV (1896): 166. 


R2071: 137ro-vo

image du manuscrit

  1. Enchor ferai une chanzon perdue,
    Puis q'a perdre sunt tuit venu mon chant:
    C'onqes no fis chanzon a mon vivant,
    Dont merite me soit encor rendue.
    N'anc, de mon chant, un jor mieuz ne me fu,
    Mais por espoir qe ceste ait tel vertu
    Qe des autres me renda ma droiture;
    Me trai sanz plus ce chant en aventure.

  2. Il est bien droiz, puis qe dame est vencue
    C'ausi con l'om la conqiert en proiant,
    Q'ele resoit male a perdre ensemant.
    Qe tal cuida avoir sa loial drue,
    Cui ha molt tost en poi d'ore perdue
    Ce dont il ha paine et travail ee.
    C'est grant dolors, qant la joie ne dure
    De qoi on trait tant de maus et endure.

  3. Grant dolor hai qant, ce qi plus magree
    Mestuet plus tart de l'autra gent veoir.
    Qar tot le mont voi bien a mon voloir,
    Envers la rien qeo hai plus desiree
    M'estuet estre sauvage et eschis,
    Por ce qe len ne conoise a mon vis
    Qant je regart vers son simple visage
    Coment je laim toz jors en mon corage.

  4. Se tot Amors ne rent autre soudee,
    A tot le mains fait ella mieuz valoir
    Ceus qi aiment de cuer sanz decevoir.
    Ne ja lamors / n'iert si desperee /137vo/     image du manuscrit
    Qe l'en nen soit aucune foiz joilis.
    E, puis q'amors atrait e joie e pris,
    Je teing a sens, qi qel teingne a folage,
    Ce don l'en est mieuz vailanz por usage.

  5. Pechi fait Dieu, qi consent felonie
    Celle dont toz le mond est enveios.
    Qe ma dame me tient par annoios,
    Qant je li cri merci, qe no m'ocie.
    Hay! simple de vis e bien parlant,
    D'orgoilos cuer et d'amoros senblant,
    Cun mau senble qi voit la boche rire
    Qen si sachiez cruelment escondire!

  6. Assz [sic] vaut mieuz estre amis sanz amie
    En antendance destrune foiz joios
    Qavoir la rien don len est desiros
    Dont on atent solaz en conpaignie.
    Cest li desirs qi sor toz mest cuisanz
    E si nen sui mie por moi sachant,
    Qar de la rien el mont qe plus desire
    Ne fui je onqes en tel maniere sire.

  7. E, se je sui de vos perdre dotanz
    Je nen puis mais qe tant estes vaillanz
    Qe vos poz par tot ami eslire;
    Mais je sui cil qi sor toz vos desire.