Thibaut de Champagne

Edition: Wallenskld, A.  Les chansons de Thibaut de Champagne, roi de Navarre. SATF.
Paris: E. Champignon, 1925.

Brahney, K.  The Lyrics of Thibaut de Champagne. New York: Garland, 1989.

Suivent les chansons R273 , R733, R757, R1476 (deux versions), R1596, R1811.


R273: fol. 142 vo

image du manuscrit

  1. Deus est einsi cun li pelicanz
    Qi fet som ni el plus haut arbre sus
    E li mauvez oisiaus, qi vient de jus,
    Ses oiselons ocist: tant est puanz;
    Li peres vient destroiz et angoisos,
    Dou bec se fiert, de son sanc doloros
    Vivre refet tantost ses oiselons.
    Deus fist autel, qant fu sa passions
    De son duz sanc racheta ses enfanz
    Del Deable, qi molt estoit puisanz.

  2. Li gerredons en est mauvais e lanz,
    Qi bien ne droit ne piti n'a mais nus,
    Ainz est orgeuz e baraz au desus,
    Felonie, trasons e bobanz.
    Molt par est or nostre stat perilos;
    E si ne fust li esample de ceus
    Qi tant aiment e noises e tenchons
    - Ce est de clers qi ont leisi sermons
    Por gerroger e por tur les genz -,
    Ja ms nus hon ne fust en Deu creanz.

  3. Nostre chief fet toz noz menbres doloir,
    Por ce est bien droiz q'a Dieu nos em plaignons;
    Et grant coulpe ra molt sus les barons,
    Qil puise qant aucuns veut valoir;
    Et autre genz en font .......................]
    [.......................................................]
    [............................ desor eus revenir
    E qi mal qiert, mal ne li doit faillir;
    Qi petit mal porchaza a son pooir,
    Li granz ne doit en son cuer remanoir.

  4. B ien devrions en l'estoire veoir
    La bataille [......] des deus dragons,
    Si cun l'en trove e livre des Bretons,
    Dont il covint les chasteus jus cheoir:
    Cest ce siegle, qe il covient verser,
    Se Deus ne fait la bataille finer.
    Le sens Merlin en covient fors issir
    Por deviner qe estoit avenir.
    Mes Antecrist vient, ce poz savoir,
    Aus maueus q'Anamis fait movoir.

  5. Savez qi sunt li vil oisiaus puanz
    Qi tunt Dieu [......] enfaonez?
    Li papelart, dont le mont n'est pas nest.
    Cil sunt puant ort e vis e mauvs;
    Il ocent tote la simple gant
    Par leur faus mox, qil sont le Deu enfanz.
    Papelart font le siegle chanceller;
    E par san Piere, mas le fait encontrer:
    Il lont tollu joe, solaz e pes.
    Cil porteront en Ynfer les granz fes.

  6. Or vos doint Deus lui servir et amer
    E la Dame, q'eu ne doit obler,
    Qe nos voille garder a toz jorz mes
    Des puz oiseaus, qi ont venin es bes!

Retour l'index


R733: fol. 140 vo
(Wallenskld: attribution douteuse)

image du manuscrit

  1. Je n'os chanter trop tart ne trop sovent,
    Qe je n'ai gr de chanter ni de traire;
    Ainz hai servi en perdon longement,
    Qe je cuidoie ads tant dire e faire
    Qe je pesse a celle meillor plaire
    Qi m'ocira, s'Amor le li consent,
    Tot a loisir por plus faire torment.

  2. Tuit mi maltrait fuissent a mon talent,
    Se je cuidasse a nul jor a cief traire,
    Mais je voi bien qe ne mi vaut nint,
    Q'amors m'a si atorn mon afaire
    Qamer ne los ne no m'en puis retraire.
    Einsi me tient Amors en son comant
    [.................................................].

  3. Molt mi sot bien esprendre et enbrier
    Au biau semblant et au doucement rire
    Nus ne lestoit si doucement parler
    Qe de samor ne cuidast estre sire.
    Par Dieu, Amors, tant vos puis je bien dire
    Qen vos doit bien servir et honorer.
    Mais on si puet un petit trop fir.

  4. Ensi ma fait et ar et amer
    Celle qi n'a cure de mon martire.
    S'elle m'ocit, de poi se poet vanter,
    Q'il ni afiert mie grant majestire
    De son ami engignier et ocire.
    Qi ne se puet mie d'Amor garder,
    Qi ne la puet del tot laiser ester.

  5. Tant mi fera e languir e doloir
    Cun li plaira, qar na bien la puisance,
    E si voi bien riens ne me poit valoir
    Fors biaus servirs e cuer e soferance,
    Avec tot ce si covient [.................]
    [........................] qi joie veut avoir,
    Qe par un poi qe je ne men despoir.

  6. Einsint me tient ma dame en son pooir
    E fait de moi ausi cun par semblance
    Con lome qi a prest avoir
    A mal deroz sanz gage e sanz fianze
    En E li osse escodire creance.
    Einsi me tient ma dame en son pooir
    Qanqe le velt il me covient voloir.

Retour l'index


R757 fol. 141ro -vo

image du manuscrit

  1. Dame, einsi est q'il me covient aler
    E departir de la douce contree
    O tant soi maus sofrir et endurer;
    Qant je vos lais, droiz est qe je m'en hee.
    Deus! por qoi fu la terre d'Outremer,
    Qi tanz amanz avra fait desevrer
    Dont puis ne fu l'amor reconfortee,
    Ne ne porront lor joie remenbrer!

  2. Ja sanz amor ne porroie durer,
    Tant par i truis fermement ma pensee,
    Ne mes fins cuers ne m'en laist retorner,
    Anz pens a li la o il[?] velt e bee.
    Trop ai apris durement a amer,
    Por ce ne voi cun je puisse durer
    Vos joie avoir de la plus desiree
    Conqes nus hom osast merci crier.

  3. E ne voi pas, qant de li sui partiz,
    Qe puisse avoir bien ne solaz ne joie,
    Qar onqes riens ne fis si a enviz
    Cu vos laisir, si je jamez voie;
    Trop par en sui dolanz et esbaz.
    Par maintes foiz m'en serai repantiz,
    Qant onqes voil aler en ceste voie
    E je recort voz debonaire diz.

  4. Biaus sire Deus, a vos me sui guenchiz ;
    Tot lais por vos ce qe je amoie tant. /141voimage du manuscrit
    Li gerredons en doit estre floriz,
    Qant por vos pert e mon cuer e ma joie.
    De vos servir sui toz prez e garniz
    A vos me rent, biau Pere Jhesu Crist!
    Si boen segnor avoir je ne porroie
    Cil qi vos sert ne puet estre esbaz.

  5. Bien doit estre mes cuers liez et dolanz
    Dolanz de ce qe je part de m'amie,
    E liez de ce qe je sui desiranz
    De servir Dieu, qi est e mes cuer e ma vie.
    Ceste amors est trop fine et puisanz,
    Par la covient venir les plus sapchans;
    Cest li rubins, l'esmaraude, la geme
    Qi toz gari les .vii. pechiez puan.

  6. Dame des cieus, granz rone puisanz,
    Au granz besoingn me soiez secoranz!
    De vos amer puise [.....] droite flame
    Qant dame pert, dame me soit aidanz!

  7. Retour l'index


R1476: fol. 139ro

image du manuscrit

  1. Chanter m'estuet, q'eo ne m'en puis tenir,
    Et si n'ai je fors q'ennui e pesance;
    Mais mes corforz si est a resor,
    Q'a mener doel nus hom mais ne s'avance.
    Je ne chant pas cun hom qi soit amis,
    Mais cun pensis e forment esgarez;
    E si n'a je nulle boen speranze,
    Ainz sui toz jors par parole menez.

  2. Je vos di bien une rien sanz mentir
    Qe bon Amor a er e cheance.
    Se je de li me pusse partir,
    Mieuz [.........] qe estre rois de France.
    Or hai je dit e si fous maleuros
    Mieuz aim morir recordant ses biautez
    [......................................................]
    Q'estre sire de tot le mont clamez.

  3. Li Fenix qeut la busche e le serment
    De qoi il s'art e giete fors de vie.
    Ausi fis ge ma vie a escent,
    Qant je la vi, se piti ne m'ae.
    Dieus! li veoir me fu tant savoros
    Qe je nai puis tant de mal endurez
    Li reveoir mi fait morir d'envie
    E li desirs e la grant voluntez.

  4. A merveilles ot Amor grant pooir,
    Bien font e mal nont cun plor agree.
    Moi fet il par fondement doloir;
    Raison me dist qe j'en ost ma pensee.
    Mais j'ai un cuer qe teus ne fu trovez;
    Qads me dist: Amez! amez! amez!,
    N'autre raison n'iert par li mostree,
    Et j'amera, ne puis estre tornez.

Retour l'index

 

R1476[2]: fol. 141vo

image du manuscrit

  1. Chanter m'estuet, qeo ne m'en puis tenir,
    Et si n'a je fors ennui e pesance;
    Mes tot ads se fet bon resjor,
    Q'en fere doel nus del mont ne s'avance.
    Je ne chant pas chuz hom qi soit amez,
    Mes cun destroiz, pensis et esgarez;
    Qe je n'ai pas de bien nulle sperance,
    Ainz sui toz jors a paroles menez.

  2. Je vos di bien une rien, sanz faillir,
    Qe en Amor a er e cheance.
    Se je de li me pusse partir,
    Miez me venist qe estre rois de France.
    Or ai je dit cun fos desesperez
    Mieuz aim morir recordant ses biautez
    E son gent cors e sa douz acontace
    Q'estre sire de tot le mont clamez.

  3. Ja n'avrai bien, jel sai a escent,
    Q'Amors me het e ma dame [.........],
    S'est il reisons, qi a amer entent,
    Q'il de* [ne] doit mort ne paine ni folie.
    Puis qe mi sui a ma dame donez,
    Amors le veut, e qant il est ses grez,
    Ou je morai o je avrai m'amie,
    O ma vie n'ert mie ma santez

  4. Li Fenix qeut la busche e le serment
    En qe il s'art e gete fors de vie.
    Ainsi qis je ma mort e mon torment,
    Qant je la vi, si pitiez ne m'ae.
    Deus! tant me fu le veoir savorez
    Dont je avrai puis tant de [........] endurez
    Li sovenirs me fet morir d'envie
    E li desirs e la grant voluntez.

  5. Molt est Amors de merveillos pooir,
    Qi bien e mal fet tant cun li agree.
    Moi fet elle trop longement doloir;
    Reisons me dit qe j'en ost ma pensee.
    Mes j'ai un cuer, ainc teus ne fu trovez;
    Toz jorz me dit: A* Amez! amez! amez!,
    N'autre raisons n'irt par li mostree,
    Et j'amerai, n'en puis estre tornez.

  6. Dame, merci! qi toz les bien savez.
    Totes valors e totes granz bontez
    Sunt plus en vos q'en dame qi soit nee.
    Secorez moi, qe fiere le poz!

Retour l'index


R1596: fol. 140vo - 141ro

image du manuscrit

  1. Chanzon ferai, qe talent m'en est pris,
    De la meilor qi soit in tot le mont.
    De la meillor? Cuit qe j'ai mespris.
    S'elle fust tels, se Dieus joie me doint,
    De moi li fust aucune pitiez prise,
    Qi sui toz siens e sui a sa devise.
    Pitiez de cuer, Deus! qi ne s'est asise
    En sa biaut? / Dame, cui merci proi, /141ro/   image du manuscrit
    Je sent les maus d'amors por vos.
    Sente les vos por moi?

  2. Douce dame, sanz amor fui jadis,
    Qant je choisi vostre gente fachon;
    E qant je vi vostre tres bieu cler vis,
    Si me reprist mes cuer autre raison
    De vos amer me semont et justise,
    A vos en est a vostre comandise.
    Li cuer remaint, qi sent felon jose,
    Se n'en avez merci de vostre gr.
    Li douz maus don ja atent joe
    M'ont si griv, morz sui, s'il me delaie.

  3. Molt ha Amors granz force e grant pooir,
    Qi sanz raison fet choisir a son gr.
    Sanz raison? Deus! je ne di pas savoir,
    Qar a mes eauz en set mes cuer bon gr,
    Qi choisirent si tres belle senblance,
    Dont jams jor ne ferai desevrance,
    Ainz sofrirai por li grief penitance,
    Tant qe pitiez e merci li en prendra.
    Je vos dirai qi mon cuer enbl m'a 
    Li douz ris e li bel oil q'el a.

  4. Douce dame, s'il vos plaisoit un soir,
    M'avroiez vos plus de joie donee
    C'onqes Tristans, qi en fist son pooir,
    N'en pot avoir nul jor de son a ;
    La moie joie est tornee a pesance.
    Ne cors sanz cuer de vos fet grant venjance
    Celle qi m'a navr sanz deffiance,
    E ne por qant je ne lairai ja.
    L'en doit bien belle dame amer
    E s'amor garder, qi l'avera.

  5. Dame, por vos voil aler foleiant,
    Qe je en aim mes maus e ma dolor,
    Q'aprs mes maus ma grant joie en atant
    Qe je navra, sa Dieu plait, a brieu jor.
    Amors, merci! ne soiez oblee
    S'or me failiez, c'ert traison doblee,
    Qe mes granz maus por vos si fort m'agree.
    Ne me metez longement en obli!
    Sel la bella n'en a de moi merci,
    Je ne vivrai pas logemt* einsi.

  6. Sa granz biautez qi m'esprent et magree,
    Qi sor totes est belle e la plus desiree,
    M'a si laci mon cuer en sa prison.
    Deus! je ne pens s'a li non.
    A moi qe ne pense elle donc?

Retour l'index


R1811: fol. 142ro

image du manuscrit

  1. Enperires ne rois n'ont nul pooir
    Envers Amors, ice vos voil prover:
    Il pont bien doner de lor avoir,
    Terres e fiez, et mesfez perdoner,
    Et Amors puet home de mort garder
             Et doner joie qi dure,
             Pleine de bone aventure.

  2. Amors fet bien un home mieuz valoir,
    Qe nus fors li ne porroit amender;
    Les granz desirs done del grant voloir,
    Teus qe nus hom ne puet contre penser.
    Sor totes riens doit on Amors amer;
             En li ne faut fors mesure
             Q'elle m'est trop dure. 

  3. S'Amor vousist guerredoner autant
    Cun elle puet, molt fust ses nons a droit,
    Mes il ne veut, dont hai li cuer dolant,
    Qar il me tient sanz gerredon destroit;
    E je sui cel, qel qe la fins en soit,
             Qi a li servir s'outroie.
             Empris l'ai, nem recreroie.

  4. Dame, avra ja bien qi merci atant?
    Vos savez bien de moi au parestroit
    Qe vostre sui, ne puet estre autremant;
    Je ne sai pas se ce mal me feroit.
    De tant d'essai fetes petit d'espoit,
             Qe, se je dire l'osoie,
             Trop me demore la joie.

  5. Je ne qit pas q'il onqes fust nus hom
    Q'Amors tenist en point si perilos.
    Tant m'i destraint qe j'en pert ma reison;
    Bien sent e voi qe ce n'est pas a geus.
    Qant me mostroit ses semblanz amoreus,
             Bien cuidai avoir amie,
             Mes encor ne l'ai ge mie.

  6.        Dame, ma mort e ma vie
             Est en vos, qan i qe je die.
             Raols, cil qi sert e prie
             Avroit bien mestier d'ae.

haut de page


 Retour l'index